Bonjour et bienvenue dans mon huitième article sur le blogue de Détail Formation.

Aujourd’hui, on continue notre série consacrée au rayonnement local.

Dans mes précédents billets, nous avions parlé de la valeur relative du référencement. Nous avions aussi parlé de la valeur d’être trouvé par vos prospects qui cherchent sur Google.

Aujourd’hui, je vais avec un billet contrarien. Je vous raconte, comment le fait de sortir numéro un sur Google ne vous aurait pas permis de me vendre une chambre d’hôtel cet été.

J’étais de passage à Baie-Saint-Paul en juillet. Nous étions sur la plage. Alors que nous devions quitter pour regagner Montréal en soirée, le beau temps – et les sourires des enfants – nous ont poussé à choisir de coucher à Baie-Saint-Paul pour la nuit. Il était 15:30. J’ai alors tout simplement ouvert mon iPhone, pas sur Google dans mon application Safari, mais sur l’application Booking.com.

Oui, c’est sur Booking.com que j’ai cherché un hôtel qui avait de la disponibilité (et qui nous plaisait). La beauté du système étant que Booking.com offre de nombreux avis et  cultive une clientèle qui laisse des avis. On a ainsi la garantie, quand on va sur Booking.com, d’avoir de nombreux avis de vrais clients.

C’est donc sur Booking.com que j’ai choisi parmi les hôtels qui avaient une chambre pour le jour même. Pour rappel, il était 15:30 et je voulais une réservation pour l’heure qui suivait. Mener la même recherche avec Google, en visitant les sites des hôteliers et en passant des téléphones, ne m’aurait pas permis d’atteindre notre objectif, en aussi peu de temps et avec autant de réussite. Avec cette application, j’avais l’assurance donc de ne voir que des hôtels qui avaient de la disponibilité. J’ai pu voir des photos et des avis de vrais clients. Ensuite, j’ai pu confirmer ma réservation, en rentrant ma carte de crédit.

La petite histoire, c’est qu’en nous présentant à l’hôtel, le propriétaire m’a informé que nous avions eu la dernière chambre.  Et, pour honorer son contrat avec Booking.com, il avait du revirer de bord des gens qui étaient venus directement à l’hôtel et qui étaient sur le bord d’y faire leur check-in. La clientèle arrivant de Booking.com étant prioritaire. Comme consommateur, j’étais donc content d’avoir utilisé Booking.com.

Ce qu’il y a à retenir, pour nous, professionnels du rayonnement local, et bien, c’est que ce n’est pas tout d’être numéro un sur Google. Comme le dit Mitch Joel dans Ctr Alt Delete, ce qui compte c’est l’écran que votre client potentiel a devant les yeux, au moment où il a besoin de vous. Et, donc, quand ce client potentiel est sur la plage à Baie-Saint-Paul, c’est son iPhone. Et par commodité, ça se peut qu’il aille sur Booking.com plutôt que d’ouvrir Safari pour aller sur Google.

Cette anecdote nous renvoie la question de savoir où sont nos clients potentiels. Vous n’êtes peut être pas hôtelier, mais ce n’est pas forcément sur Google que vos clients se trouvent.

Merci.

Vous avez aimé? Partagez !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone