Les mauvaises nouvelles : donner l’heure juste

  • CategorieRelations publiques et de presse
  • Gratuite

Chaque entreprise vit des hauts et des bas. Évidemment, tout le monde est partant pour annoncer les bonnes nouvelles haut et fort. Malheureusement, des événements moins heureux surviennent aussi en cours de parcours. La façon d’y réagir peut faire toute la différence pour l’avenir d’une entreprise. .

Qu’entend-on par crise?

Tout événement fâcheux n’est pas une crise au sens strict. Par contre, élargissons ici la définition de crise :

Toute mauvaise nouvelle concernant une entreprise et qui plonge l’un ou l’autre de ses publics dans l’incertitude (clients actuels et futurs, employés, actionnaires, grand public, etc.).

Par exemple :

  • Blessure sévère ou décès d’un employé ou d’un client
  • Empoissonnement
  • Rappel de produits
  • Vol ou actes de vandalisme
  • Sortie publique d’un client ou d’un employé insatisfait
  • Crise majeure au sein de votre industrie
  • Un changement de fournisseur qui affecte la qualité des produits
  • Le départ d’un employé
  • La perte d’un contrat ou d’un client important
  • Un bris d’équipement, etc.

Gérer la crise et gérer les communications de la crise

D’entrée de jeu, il faut établir une différence claire entre la difficulté rencontrée et la façon de la communiquer. Ce sont deux processus parallèles. La gestion de crise concerne les décisions opérationnelles et les solutions apportées pour corriger la situation. Cette procédure relève directement de votre expertise et de la nature de la difficulté. La gestion des communications concerne la manière de rapporter les faits et de présenter les solutions. C’est la manière de gérer les messages auprès des différents publics. Les communications mal gérées peuvent faire mal à long terme à la réputation de votre entreprise.

Enregistrer

Vous avez aimé? Partagez !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Nous avons des publications payantes très intéressantes

voir les publications payantes

Ne plus demander