L’organisation apprenante… 3. La maîtrise personnelle

  • CategorieMotivation, Tendances et nouvelles approches
  • Gratuite

Cet article représente le troisième volet d’une série de sept articles sur l’organisation apprenante. Il s’agit d’une réflexion réalisée par Daniel Tanguay en 2001 à la suite d’une lecture du livre La Cinquième discipline de Peter Senge (La cinquième discipline, Le guide terrain, préface et adaptation d’Alain Gauthier).

« …personne ne peut accroître la maîtrise personnelle de quelqu’un d’autre. Nous pouvons simplement mettre en place des conditions qui encouragent et soutiennent ceux qui veulent accroître leur propre maîtrise personnelle » (p. 225)

Cette deuxième discipline est fondamentale. Elle stipule que le développement d’une organisation repose d’abord sur le développement de ses membres, mais que ces mêmes individus sont responsables de leur développement personnel. Peter Senge fait allusion à l’engagement volontaire des individus, au fait qu’un employé pour être motivé doit d’abord chercher à se motiver lui-même.

C’est un discours assez peu répandu de nos jours. Il se fait beaucoup de formation pour motiver les gens mais combien de formation existe pour apprendre aux gens à se motiver eux-mêmes?

Selon mon point de vue, une organisation apprenante n’a pas seulement la responsabilité de faciliter le développement personnel de ses employés mais doit, en quelque sorte, « imposer » à chacun la responsabilité de développer sa propre maîtrise de soi. Il revient à chacun de prendre conscience de ses forces, de ses faiblesses, à identifier ce qu’il veut devenir et à tout mettre en œuvre pour y parvenir et ce, dans la vie comme au travail.

Lorsque nous sommes en maîtrise de soi, nous sommes davantage heureux d’apprendre. Il devient plus facile de se mettre à nu, de montrer son incompétence, à prendre des risques et à prendre la critique comme une occasion de s’améliorer.

Bien sûr, il devient nécessaire que tous les membres de l’organisation en soient conscients. Il n’est pas nécessaire (et même souhaitable) que tous adhèrent aux même valeurs, aux mêmes aspirations. L’important, à mon avis, est que chacun prenne conscience des valeurs de l’autre afin de le comprendre dans son apprentissage, de le supporter dans ses décisions, de le confronter face à ses actions, et de le réconforter dans ses efforts et ses résultats..

Une organisation apprenante se compose donc d’individus qui savent ce qu’il y a de bon pour eux dans un travail et qui recherchent constamment des défis d’apprentissage dans leur fonction.

Enregistrer

Vous avez aimé? Partagez !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
Ne plus demander