Le rôle du superviseur dans l’entreprise est essentiel pour le bon fonctionnement des opérations terrain. Encore une fois, je vous partage quelques « maux » remarqués lors de mes interventions!

  • L’absence de cohésion entre les secteurs de production; chacun dirige selon son style de gestion et ses priorités et selon le quart de travail. « 5 superviseurs, 5 entreprises! »
  • Les bonnes idées du superviseur sont reprises par son patron qui par la suite s’en approprie le mérite.
  • L’anxiété de statut; « l’autorité chasse l’amitié ». Le changement de statut peut générer une anxiété qui affecte la capacité de jugement, la prise de décision, la fuite des conflits.
  • Le développement de mauvaises habitudes; le superviseur oublie qu’il est un modèle et exige de ses employés de se conformer à des pratiques qu’il ne respecte pas lui-même.
  • Favoriser les décisions « plaisantes » mais mauvaises, au détriment des décisions « déplaisantes » mais nécessaire.
  • Le superviseur reçoit des consignes différentes et contradictoires sur une même tâche qui devient incomplète; pas clair du tout!
  • Le superviseur est dépassé par le mauvais climat de travail; il y a des cliques et c’est chacun pour soi.
  • Le patron humilie le superviseur devant ses employés par des invectives bien senties.
  • La rébellion d’une équipe de travail qui refuse l’autorité du superviseur, avec présence d’un leader de contre-pouvoir.

 Avez-vous vécu d’autres maux? Comment y avez-vous remédiés?

Vous avez aimé? Partagez !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone