Ce midi, je suis allé dîner dans une toute nouvelle succursale d’une chaîne bien connue dans la région de Montréal. Je dois avouer que mes attentes étaient peu élevées : l’établissement étant ouvert depuis moins de 2 semaines, les employées devaient avoir besoin de ‘rodage’. J’ai pourtant été agréablement surprise. Les employés, et notre serveur en particulier, étaient souriants, avenants et connaissent bien leur menu. Bravo!

Malgré ce service au-delà de mes attentes, notre groupe a tout de même vécu une déception. Nous étions accompagnés d’un bambin de 9 mois. Constatant que le menu dessert comportait un plat avec des bananes fraîches, nous avons demandé au serveur s’il était possible de lui apporter une banane. Après s’être informé au gérant, il nous a affirmé que c’était impossible.

Je ne peux que présumer que les raisons qui ont motivé ce refus sont justifiées : pas suffisamment de bananes en stock, impossible de ‘puncher’ une banane dans le système informatique, désire de ne pas créer de précédent avec de jeunes enfants…

Toutefois, dans un contexte économique difficile pour les restaurateurs, ce sont souvent des petits gestes comme celui-ci qui font une différence :

  • la différence entre retourner dîner dans ce resto la semaine prochaine ou choisir un de ses 10 concurrents dans un rayon d’un km
  • la différence dans ma décision d’aller au restaurant accompagné de jeunes enfants ou de manger à la maison
  • la différence au niveau des recommandations que je ferai à des amis qui se demanderont où aller souper dans le coin

Dans ce cas-ci, l’attitude agréable et le professionnalisme de notre serveur a sauvé la mise et nous avons tout de même passé un bon moment, ce qui est loin d’être le cas dans tous les établissements.

Vous avez aimé? Partagez !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone