Location, location, location. Telle est la devise du commerce. Or dans mes ateliers, je parle souvent de l’importance de la valeur ajoutée et de bien se positionner face à sa concurrence. De ne pas se fier uniquement à sa localisation comme gage de succès. Que si vous êtes bien localisé, tant mieux pour vous, mais attendez-vous à ce que quelqu’un s’installe tout près et occupe votre niche de clients à moyen terme si vous ne faites rien pour améliorer votre positionnement. En voici un autre exemple :

Un voyage Montréal Québec est assez courant pour un consultant. Comme bien du monde, dans les années ’90 je m’arrêtais parfois à Drummondville pour la pause essence/toilettes/repas. Puis, dans les années 2000, je me suis aperçu que la sortie 152 (St-Hélène-de-Bagot) était encore plus intéressante : le prix de l’essence souvent moins cher de deux à trois sous le litre (ce qui revient souvent à plus de 10 sous de différence avec Montréal!) et un McDonald pour un arrêt rapide. Ensuite, ce sont greffés un Tim Hortons et même un A&W, le tout à moins de 500 mètres de l’autoroute. Excellent. Ce fût ma sortie préférée pendant des années, à part quelques escapades pour Lemaire et le Madrid. Deux seuls inconvénients… des files d’attente et des toilettes pas toujours propres dans les restaurants.

Depuis deux ans, je remarquais les efforts effectués à la sortie 145 (Saint-Liboire/Saint-Siméon) en m’offrant un prix de l’essence encore plus bas que ma sortie 152 de un ou deux sous. De plus, si le prix baissait le matin, ils étaient plus rapides à réagir, donc encore plus d’économies. Pour un consultant qui fait beaucoup de route, la différence devient intéressante. Pendant deux longues années, j’avais de la difficulté à changer mes habitudes, surtout que la sortie 145 n’offrait pas grand-chose d’autres à part un bon prix sur l’essence.

Or maintenant, il y a un St-Hubert Express, Tim Hortons et Couche-Tard. Mieux, il y des pompes d’essence en masse… plus besoin d’attendre en file! Des toilettes en grande quantité et même un salon de repos pour les « conducteurs professionnels ». WOW! Où croyez-vous que je m’arrête maintenant? À quelques 7 km plus tôt ou plus loin selon la direction. Je n’utilise plus la carte Air Miles pour le Shell mais la carte CAA pour le Irving. Quelle différence! Quant aux McDo et A&W, mes enfants m’en donnent l’occasion assez souvent.

Maintenant parlons du Madrid. Comme vous le savez, il a été démoli et a fait place à une halte digne des ligues majeures (sortie 202 Rang du Moulin-Rouge). Un couche-Tard, St-Hubert Express et McDo. Mieux, ils ont gardé les dinosaures à l’extérieur, aménagé une aire de jeux pour les enfants et la salle à manger est immense permettant aux enfants de s’éclater. En plus, le décor est joli. Pour les nostalgiques, il y a un secteur qui rappelle la vieille histoire du Madrid. Pour les familles, c’est épatant. Toutefois, vaut mieux mettre son essence ailleurs (une différence de 7 à 10 sous/litre avec ma sortie de St-Liboire!).

Bref, qu’adviendra-t-il de la sortie 152 à St-Hélène-de-Bagot. Les commerçants m’avaient comme client depuis des années et ils n’ont jamais fait aucune amélioration : chacun des commerces dans leur coin, bien contents de s’asseoir sur leur montagne dorée. Je suis certain que tous ces commerces en souffrent actuellement, pas de mon absence mais des milliers d’autres comme moi. Ils étaient en haut du pavé mais ils n’ont pas réagi, n’ont pas écouté les petits désagréments des clients : longue file d’attente pour les voitures, toilettes inaccessibles, propreté des installations, etc. Que leur restent-ils pour l’avenir que de baisser encore plus le prix de l’essence pour attirer les automobilistes. Ils ne sont plus de taille à concurrencer les autres haltes. Même les incorruptibles comme moi se sont maintenant convertis.

Quand je vous disais que la localisation, ce n’est pas tout!

Réflexions

  • Quel est votre positionnement face à la concurrence? Quelle est votre « réelle » valeur ajoutée qui vaille le détour de faire des affaires avec vous?
  • Il y a combien de temps que vous n’avez pas réagi, fait de changements majeurs à votre entreprise?
  • Êtes-vous au courant des petits désagréments de vos clients, de leurs attentes?
  • Et si un compétiteur s’installait en face de chez vous, sur quelles de vos faiblesses croyez-vous qu’il maximiserait son développement?
Vous avez aimé? Partagez !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone